Sophrologie et contes de fées

Les contes de fées révèlent nos possibles devant les épreuves existentielles.

Les contes de fées trouvent leurs origines dans des mythes et légendes.
De tradition orale, ils se sont transmis de bouche à oreille de générations en générations. Ils apparaissent en Italie à la Renaissance avec Charles Perrault, ils sont alors à la mode dans les salons. Et puis il y a eu les frères Grimm, Andersen au XIXe siècle, Lewis Caroll dans de véritables romans féeriques !

Il s’agit véritablement de contes merveilleux définis par leur structure narrative. Un héros, une héroïne subissent un malheur ou un méfait. Ils doivent alors traverser un certain nombre d’épreuves et de péripéties qui mettent en cause leur statut ou leur existence. Ceci pour parvenir à une situation stable, équilibrée et épanouissante.  Le plus souvent, il s’agit d’un mariage et de l’enfantement d’une nouvelle vie.

Ce cheminement correspond au passage de l’enfance à l’âge adulte, à l’acquisition de l’éveil intérieur, à la découverte de la sexualité d’un point de vue de la capacité à créer, à engendrer une vie nouvelle. Vous comprendrez ici, qu’il ne s’agit pas nécessairement d’un bébé, mais de créer une autre forme d’existence pour soi-même sur la base de l’éveil.
Ces aventures de transformation intérieure du héros lui permettent d’atteindre une conscience supérieure, aidant à la construction de la personnalité.

Il s’agit alors, par le conte de fées, d’exprimer sous déférentes expressions et exemples, que quoi qu’il arrive, il est toujours possible de se transformer pour le meilleur, de renverser à son avantage une situation inutile, négative et même néfaste.

Les contes de fées peuvent servir de supports dans de nombreuses méthodes de guérison psychologique et être utilisés pour l’accompagnement vers d’une prise de conscience salvatrice.

Il s’agit d’aider la personne à découvrir sa propre vérité derrière le symptôme, derrière ce qu’elle vit.
Il s’agit d’aider la personne à se reconstruire et à trouver la paix intérieure grâce à l’exemple, grâce à l’enseignement de sagesse offert par le héros du conte de fée.
Les contes de fée commencent par la mise en scène du problème auquel le héros ne peut se soustraire. Puis ils montrent tous les possibles, les ressources nécessaires à une résolution salvatrice de ce qui semblait inéluctable au départ. Ils sont une véritable source d’espoir et de confiance en la vie.
Rien n’existe par hasard. Ils enseignent la magie de la vie à travers une source non palpable mais bien réelle de tous les possibles.

Une thérapie par les contes de fées passera inévitablement par les contes. Il s’agira de présenter les péripéties, les vécus de la personne comme un conte, de l’aider à en retracer l’histoire, à en définir la source, à trouver et à lui donner du sens. Les symptômes, l’histoire de la personne deviennent le cheminement qui lui permet de s’élever dans la compréhension de son existence.
La personne devient le héros qui avance pas à pas en territoire inconnu pour arriver en terre promise et salvatrice.

Il est profondément intéressant d’aborder les pathologies psychiques en parallèle de la grande sagesse cachée au cœur des contes.
Les symptômes deviennent des outils capables de voir ce qui jusqu’alors se cachait sournoisement. Il s’agit d’apprendre à rebondir et de passé d’un état de conscience négatif à une capacité à rebondir en toutes situations.

Pour aller plus loin, le livre, de Jean-Pascal Debailleul, propose une démarche de transformation de soi par les contes.

Manuel de thérapie par les contes de fées, aux éditions le Souffle d’or.

16 janv. 2020